mardi 19 septembre 2017

Les mille et une vie des urgences, D. Mermoux et B. Beaulieu

   Peut-être comme moi, avez-vous déjà entendu parler du livre « Alors voilà », le recueil d’anecdotes d’un ancien urgentiste. Il était dans ma liste d’envies lectures (adultes) depuis un moment. Mais jamais lu.

Et puis s’est présentée à moi, l’occasion de le lire, dans sa version BD, qui est sortie ces jours-ci.



Je vous en parle ici, car ce livre est présenté par l’éditeur comme une BD ado/adultes. Mais j’avoue, à mon sens, c’est plus une lecture adulte. Pourquoi ? Car ça prend aux tripes ! Alors, pour les lecteurs ados, disons plutôt grands ados.


   L’auteur, Baptiste Beaulieu, a fait son internat de médecine en tant qu’urgentiste, avant de devenir généraliste. Il en a gardé une série de souvenirs qui lui ont permis de bâtir ses écrits. 



Ne vous attendez pas à une série d’anecdotes mises bout à bout (et tant mieux).  L’auteur raconte dans ce livre une histoire, celle de la femme oiseau de feu, comme il l’a surnommée ; celle des derniers jours de vie de cette femme, dans l’attente de son fils coincé à l’autre bout du monde. Pour la tenir en vie, l’urgentiste lui raconte des histoires, qui sont la vie de l’hôpital. Il parle des patients comme des soignants, des moments farfelus comme des plus touchants, des joies comme des peines. C’est une histoire dans les histoires.

Vous aurez compris toute l’importance que l’auteur accorde au fait de raconter, de témoigner.

« Je n’ai pas grand-chose dans la vie mais j’ai des histoires. Je rencontre […] des existences qui interrogent mon humanité. [ …] Je tricote entre elles des destinées humaines. »

C’est un témoignage, qui ne laisse pas indifférent. Comment rester insensible, devant ses récits de vies, dans leurs moments les plus difficiles.




   Avant d’être une BD, « Les mille et une vie des urgences » fut un blog puis un livre. N’ayant pas lu les formats précédents, je ne peux faire de comparaison. Mais je trouve cette interprétation en BD plutôt réussie. Beau travail de l’illustrateur, qui a su donner du relief au récit par les dessins.


Bonne lecture, à vous !



Titre : Les mille et une vies des urgences 
Auteur : B. Beaulieu           Illustrateur : D. Mermoux
Editeur : Rue de Sèvres
Date de première parution : 13 septembre 2017


* Merci à "Rue de Sévres"



mercredi 23 août 2017

Lolotte à l'école, de Clothilde Delacroix


Ouh, la, la ! La rentrée approche à grand pas ! Alors, forcément, aujourd’hui, je vais vous en parler !

Et pour cela, je vous apporte une nouveauté 2017 de L’école des Loisirs : Lolotte à l’école, de Clothilde Delacroix.



Peut-être connaissez-vous déjà Lolotte ? Car, elle n’en est pas à ses premières aventures. De notre côté, nous avions déjà beaucoup aimé « Le goûter de Lolotte ».


Cette fois-ci, la petite cochonne s’apprête à rentrer à l’école. Un peu inquiète à cette idée, elle se voit rassurée par ses amies Cocotte et Crocotte, qui lui expliquent à quel point elle va s’amuser. Et voilà, notre Lolotte qui rêve à tout ce qu’elle va pouvoir faire : écrire, compter, peindre et dessiner …
D’ailleurs, elle rêve tellement qu’elle croit avoir déjà vécu cette rentrée, se met en retard et se sent un peu fatiguée au moment d’y aller.



Bel album. Idéal pour les petits loups qui vont rentrer en petite section. De manière colorée et ludique, l’auteur présente la vie à l’école. Voilà, nos héroïnes en équilibre sur des crayons, escaladant des palettes de peinture ou faisant du toboggan avec des équerres. Quelle bonheur, l’imaginaire de C . Delacroix !



Les trois petits personnages sont drôles. Et attention leur histoire ne se termine pas à la dernière page ; mais sur la quatrième de couverture. N’oubliez pas d’aller jusqu’à là.

J’aime beaucoup également le format du texte dialogué, dans les bulles.



Bien souvent dans les albums concernant la rentrée, l’un des personnages laisse transparaître un manque d’envie ou de l’inquiétude, de l’angoisse quant à la rentrée. S’il vous plait, auteurs/éditeurs, arrêtez de conforter nos enfants dans l’idée qu’ils ne doivent pas avoir envie ou être en stress à l’idée d’aller à l’école. Ce n’est pas le cas de tous !
Mais ici, la petite phrase/phase d’angoisse est vite oubliée ; laissant le pas à la bonne humeur et à une grande vie d’y aller. Un vrai bon point. 


En tout cas, chez nous, ce livre, il fait un carton ! Je crois que je le connais par cœur à force de leur avoir lu.


Et vous, que vous lisez-vous à vos enfants pour leur parler de l’école ?


Dès 3 ans.

Titre : Lolotte à l’école
Auteur : Clothilde Delacroix
Editeur : L’école des Loisirs          Collection : Loulou et Cie
Date de première parution : 23 août 2017



* Merci à L'école des Loisirs





*******************************************************************************************************************



Puisque l’on parle RENTREE, je vais vous parler fournitures scolaires. Cette année, j’ai eu la chance de tester un kit de rentrée de Top Office.



Et, je fus agréablement surprise par la qualité des produits de la marque, que ce soit pour la solidité, l’efficacité, ou l’ergonomie. Et, un grand plus, pour moi, certains produits sont de fabrication française !

Si vous faîtes partie des parents pressés, il vous prépare même votre liste !

N’hésitez pas à leur rendre visite : http://www.top-office.com/

Et bonne rentrée à tous !


* Merci à Top Office




lundi 7 août 2017

Esther, de Sharon E.McKay

Aujourd’hui, je reviens vers vous avec un roman, pour adolescent ? Jeunes adultes ? Adultes ?

On peut se poser la question. Pour ma part, je l’ai lu avec mon regard d’adulte. Mais je vais essayer malgré tout, de vous apporter mon éclairage pour des lecteurs adolescents.



Ce livre, c’est le récit de la vie pleine (trop ?) d’aventures d’Esther Brandeau.

Cette jeune fille, emprisonnée dans les carcans de sa vie de jeune juive, s’enfuit de chez elle.
Elle commence par réchapper d’un naufrage, grâce à un marin nommé Philippe, et qu’elle n’aura cesse de rechercher.

La voilà prête à changer plusieurs fois d’existences, et de métiers ; allant jusqu’à se travestir en garçon pour fuir les dangers. Elle sera tour à tour : protégée d’une courtisane, boulangère, matelot …

Ces aventures la mèneront même jusqu’à la Nouvelle-France.


Mon avis 

Un roman qui ne laisse aucun répit au lecteur qui court derrière Esther pour chacune de ses aventures. On en ressort hors d’haleine, essoufflé de tant d’événements.

Mais je pense que c’est également ce qui tient le lecteur adolescent d’un bout à l’autre des 377 pages.

Roman d’aventures, mais aussi roman historique. L’auteur a très bien su poser le décor. Le lecteur peut ainsi comprendre et s’appuyer sur la période historique évoquée.

Rajoutons encore un peu de piment à cette histoire. L’auteure nous révèle à travers une note, en fin de livre, que cette histoire est en partie vraie. De quoi alimenter davantage la réflexion des adolescentes.

Car oui, pour moi, c’est un roman plus pour les jeunes filles, qui auront sûrement plus de facilités à s’identifier. Peut-être me trompais-je ?

En tout cas, nous voilà face à une héroïne courageuse et attachante, qui ne manquera pas de captiver ses lecteurs.

Enfin, une mention spéciale, pour la magnifique illustration de première de couverture.


Et vous, avez-vous lu ce roman ? Qu’en pensez-vous ?



Titre : Esther
Auteur : Sharon E.McKay
Editeur : L’école des Loisirs

Date de première parution : Septembre 2016

mercredi 21 juin 2017

Les musiciens de Brême, de J. et W. Grimm, et Antoine Guilloppé


Aujourd’hui, c’est la Fête de Musique. Alors quoi, de plus normal, que de parler de musiciens. Et pas n’importe lesquels, ceux du conte classique des Frères Grimm :

Les Musiciens de Brême



Un petit rappel de l’histoire, pour ceux qui auraient oublié leurs classiques ?!
Des animaux trop vieux et rejetés, décident de prendre la route ensemble afin de se rendre à la ville de Brême, pour faire de la musique. En chemin, il tombe sur la maison de brigands, qu’ils décident de chasser, pour s’y installer.



L’union fait la force. C’est la victoire des faibles contre les forts.



J’aime beaucoup les contes classiques, mais j’avoue avoir beaucoup de mal à en trouver qui soit à la fois adaptés au plus jeune (entre 4 et 6 ans), et ayant un texte et des illustrations de qualité.

Il y a bien de nombreuses versions de contes dans, ce que j’appelle la littérature de supermarché. Mais les textes sont souvent rognés et les illustrations flashies peu travaillées.

Il y a aussi de très beaux classiques. Que j’aime beaucoup, mais plus adaptés à des lecteurs experts.

Alors que faire ?

Pour « Les musiciens de Brême », la réponse est simple. Choisir cette version d’Antoine Guilloppé. C’est un livre de qualité. Le texte est accessible et complet ; les illustrations par jeux d’ombre, effets de papier ciselé et couleurs vives, magnifiques. On retrouve dans les images « la marque de fabrique » d’Anoine Guilloppé.

La couverture très soignée, et la trame toilée font leur petit effet, également. J’adore !

Petit plus de ce livre : en dernière page, quelques lignes, pour les parents, revenant sur la vie des Frères Grimm, et les origines de ce conte. De petits repères historiques toujours intéressants.



Bonne lecture !


Titre : Les musiciens de Brême
Auteur : J. et W. Grimm, et Antoine Guilloppé
Editeur : Gautier Languereau       Collection : Les albums merveilleux
Date de première parution : 2013


Je participe à « Chut, les enfants lisent » : http://www.devinequivientbloguer.fr/



jeudi 15 juin 2017

Je compte jusqu'à 3, d'Emile Jadoul


   C’est bientôt la Fêtes des Pères, non ? Alors, aujourd’hui, je reviens avec une histoire de papa.



   Cette histoire, c’est celle d’un papa bouc et de son fils. Papa Bouc est un papa très pressé, mais Petit Bouc, pas vraiment. Alors, que Papa Bouc fait deux choses à la fois (comme boire son café en se douchant ou se raser en se brossant les dents), Petit Bouc prend son temps. Papa Bouc s’énerve et menace de compter jusqu’à 3. Mais Petit Bouc reste calme tout en se préparant. Il finit même par avoir le dernier mot :

« … à l’école, j’ai appris à compter jusqu’à 10. Si tu veux, je peux t’apprendre ! On serait moins pressé le matin …  »

   Ce livre, je l’avais acheté, il y a quelques années, pour mon mari et mon fils. En effet, je les reconnaissais totalement dans ces deux personnages. Mon mari s’occupe des enfants le matin, car je pars plus tôt. Nous nous croisons seulement quelques dizaines de minutes. Et les dialogues d’Emile Jadoul sont ceux que j’entends souvent le matin en enfilant mes chaussures. Ce sont les discussions de mon homme pressé (stréssé ?) et de mon fils toujours très zen et qui prend son temps pour tout. 


   Pour ne rien gâcher, les illustrations sont très amusantes et complètent judicieusement le texte.



   Si vous aussi, vous avez à la maison ce genre de spécimens (pas très rares, il me semble), offrez-leur cet album. Il ne manquera pas de les faire sourire !




Dès 3 ans

Titre : Je compte jusqu’à 3.
Auteur : Emile Jadoul
Editeur : L’Ecole des Loisirs         Collection : Pastel     
Date de première parution : 2005



mercredi 31 mai 2017

Rencontre avec ... Béatrice Egémar


   Aujourd’hui, j’inaugure une nouvelle rubrique : « Rencontre avec … » .

Et ma première rencontre fut avec Béatrice Egémar. L’auteur, entre autres, de « Les Espions de Pharaon – Le fils duTraître ».

J’avais envie de lui poser quelques questions, afin de mieux la connaître, et de vous la faire mieux connaître également.  

C’est parti …. !


Source : Babélio


Comment lui est venue l’idée du sujet de cette série (Les Espions de Pharaon) ?
Elle est, sans nul doute, une passionnée d’Histoire (La plupart de ces livres sont des livres historiques) ? D’Egyptologie, en particulier ?
Depuis longtemps ? L’Egypte était-elle déjà une passion, à l’âge de ses jeunes lecteurs ?
Y a-t-il une époque historique qu'elle affectionne particulièrement ?

Béatrice Egémar est une passionnée d’Histoire, en général ; et, en particulier d’Egypte Ancienne. « Les espions de Pharaon » est sa deuxième série sur ce thème, après « Hori », il y a envrion 15 ans (à l’époque de ces débuts en tant qu’écrivain).
Cette série est née d’une proposition de Fleurus.
Enfant, elle tombe en admiration pour un beau livre appartenant à son grand-père. Sa passion pour l’Egypte est née. Elle se confirmera lors d’un premier voyage dans ce pays avec sa grand-mère.
Forcément, elle reste l’une de ses périodes historiques de prédilection.
Béatrice Egémar dit écrire les livres qu’elle aurait aimé lire à l’âge de ses jeunes lecteurs. Elle espère par ses romans éveiller la curiosité historique des plus jeunes.


Comment a-t-elle écrit ce roman (Le fils du Traître) ? L’idée des deux personnages centraux lui est-elle venue toute suite ?
Ce livre, comme un certain nombre, qu'elle a écrit, a demandé beaucoup de recherches. Ce moment de recherche est-il un moment qu'elle affectionne particulièrement ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à la lecture du roman. ; à la source de l’inspiration, il y a eu le personnage d’Anouket, puis s’y est ajouté le personnage de Méry.
Le travail de recherche est une part conséquente de la préparation d’un roman. C’est pour elle aussi plaisant que l’écriture, en elle-même.
Pour tous les romans historiques, la documentation reste une source inépuisable d’inspiration.
D’où viennent ses connaissances ? Des livres, bien sûr !


Elle écrit pour la jeunesse et pour les adultes. Quel plaisir prend-elle à écrire pour les plus jeunes ?

Béatrice Egémar écrit depuis peu pour les adultes. Elle aime également beaucoup cela. Elle peut être parfois frustré dans l’écriture pour les plus jeunes ; frustrée de ne pouvoir restituer autant qu’elle le voudrait. L’écriture pour les adultes lui ouvrent donc plus de possibilités.
Quand elle écrit pour les enfants, elle part du présupposé qu’ils ne connaissent pas la période historique. Cela demande donc un certain étayage.
Les adultes sont des lecteurs éclairés ; d’autant plus que les lecteurs de romans historiques sont le plus souvent des passionnés d’Histoire. Elle peut donc se permettre plus de description ; ce qui aurait tendance à rebuter des lecteurs adolescents.


Comment écrit-elle ?

Elle se met chaque jour et de manière régulière à son bureau afin d’écrire.


Aime-t-elle aller à la rencontre de son public ?

Oui ! Que ce soit dans les salons ou dans les collèges/lycées.
Elle avoue malgré tout une préférence pour les scolaires, car la séance est faite le plus souvent de discussions, échanges, questions ; ce qui est plus riche qu’une simple séance de dédicace.


Quelle lectrice est-elle ? Une dévoreuse de livres ? Quel type de livres, aime-t-elle lire ? A-t-elle un auteur qu'elle admire particulièrement ?

Oui, elle aime beaucoup lire. Elle est une lectrice éclectique. Mais ses préférences vont vers la littérature américaine et anglaise.
Dans le domaine historique, elle se présente comme une lectrice exigeante et difficile.
Elle aime beaucoup lire et relire ses favoris, comme les Agatha Christie ou les Jane Austen, ou bien encore Harry Potter.  
En ce moment, elle lit, entre autres, Le Cercle Littéraire des des Amateurs d’épluchures de patates , et Joséphine Baker, de J.-L. Bocquet et Catel …


D’autres projets ? A quand la suite ?

Son actualité, c’est la sortie de La Famille la Tornade : Coup de Foudre au Fast-Food. C’est un nouveau volet de la série qui s’articule autour des jumeaux Latornade… Cette série est écrite en collaboration avec Virgine Hanna.

(Attention, révélations !)
Concernant la suite, le tome 2 des Espions de Pharaon est prévu pour l’automne. Le titre sera :  L’étrangère. Le personnage central sera Anouket, et plus particulièrement sa mère.






Merci à Béatrice Egémar, pour ce joli moment de discussion *.


J’espère que cette rencontre avec un auteur vous aura plu.
Bientôt une nouvelle « Rencontre avec … » :  un auteur, ou un illustrateur, ou bien encore un éditeur … Surprise !

A bientôt !